NÎMES 14/7/02

DAVID BOWIE – ARENES DE NÎMES

14 JUILLET 2002

nimes0blog.jpg

  « Arrivés à notre rendez-vous, à 11h00, devant les Arènes de Nîmes, ce Dimanche 14 Juillet 2002, pour le concert tant attendu de la tournée « Heathen », nous constatons qu’une trentaine de personnes environ sont déjà sur place : quelques italiens fanatiques (emportant avec eux revues et t-shirts bowiesques), des fans français, bien sûr, puis des « nouveaux arrivés », accrocs de la dernière minute très enthousiastes, et ayant une grande soif d’en apprendre plus sur notre star…

Arrival in front of ‘Les Arènes’ around 11:00am this Sunday April 14th, 2002 for this long awaited show from the ‘Heathen Tour’. Some 30 persons already stands there : some Italian fans wear Bowie t-shirts and hold revues talking about our star, and French fans of course we see again and again at every Bowie show year after year ! 

Some new believers too… Some only know Bowie with the last album or the 90′s Cd issues… Anyway they ‘re all very enthusiastic too and are eager to know more about him.

     A 13h30, nous rejoignons les deux files d’attente de part et d’autre de la grille d’entrée qui donne accès à la fosse. Les Arènes nous dominent, belles, impressionnantes, et l’ambiance promet d’être excellente…

At 1:30pm we join the two queues. Above us ‘Les Arènes’ look very beautiful and impressive. Everyone is in excellent mood so the night should be great ! 

     Le temps n’est pas très chaud pour la saison, et le ciel pour l’instant gris est plutôt inquiétant pour la suite des évenements. L’attente va être longue et on parle beaucoup (de quoi, à votre avis ?)… »

But the weather isn’t very hot for the season.Some clouds  start to fill the sky together with gusts of wind.That starts to worry us a bit concerning the conditions of the show tonight. Everyone takes patience nowfor it’s still quite a long time before the gates open… So everyone talks… About who ?

     Le show de l’Olympia du 1er juillet est sur beaucoups de lèvres : si les critiques de journaux sont unanimes, ici on entend fuser quelques petites critiques. Oui, c’était bien, mais … Le show n’était pas assez long : 1h40. Pourtant la plupart des concerts de Bowie, toutes tournées confondues, ont toujours fait cette durée, à quelques rares exceptions près (Certains concerts de 1997 ont fait près de 2h35 !).

Some talk about the Olympia show (1/7). Although the papers claimed it to be a great show, some criticizes can be heard there here and then. « OK, that was great, but… The show was short (1h40). Still, thru the years and the tours, a common Bowie show has seldom lasted more than 120mn ( though in 1987 a few times 140-150mn !). 

Bowie avait également choisi « Stay » pour introduire son show : certains préféraient des titres comme « Heathen » ou « Sunday », du dernier album …

In Paris David had chosen ‘Stay’ to open the show but some would have prefered ‘Sunday’ or ‘Heathen’, from the last album.

Beaucoups de malchanceux cherchent encore un billet désespérément, et certains parviennent à en obtenir un… à un prix prohibitif, bien sûr !

But for the moment somme unlucky guys still try to find a ticket for the night. Some will succeed to find one but the price was far from being reasonable !

     16h30 : c’est soudain la ruée sur la file de droite, chacun se levant comme un seul homme et se précipitant vers l’avant ! Pourtant il n’y a aucune raison évidente à cela, et tout le monde devra rester cette fois debout pendant encore 1h30.

4:30pm : Everybody stands and starts moving forward without any reason it seems ! Now everyone will wait for the rest of the time standing up for 1h30 !

De notre côté, nous restons tranquilles : chacun raconte ses scoops, ses coups de coeur, étale sa culture « Bowienne » …

My friends and I stay quiet and, again, everyone talks about what he likes/dislikes in Bowie’s carreer…

     17h45 : Nous nous dressons à notre tour en un éclair sans, non plus, de raison logique : à ce moment là, c’est chacun pour soi …

5:45pm : Finally we stand up at once too… Without any more reason it seems !!! Frow now on, everyone works for himself !

     18h00 : C’est l’ouverture des portes : tout se passe plutôt bien, et la fouille n’est pas trop poussée, permettant à certains de rentrer des appareils photos, ou quelque appareil enregistreur …

6:00pm : The gates open, all goes quite well and the security guys who rifle thru the bags doesn’t seem very motivated by their job ! Some will enter with cameras, others will record the entire show on tape…

(While we were still waiting, a guy came to us and asked if we were interested by his recording he would do of the night, and took our names !)

Les Arènes découvrent leurs entrailles : c’est immense, majestueux, émouvant de se retrouver dans un lieu si chargé d’Histoire !

Entering ‘Les Arènes’ made me think this was immense and so moving to be in that historic place for a Bowie show !

A gauche, un stand vend des t-shirts, des posters. A droite,une buvette de Coca et de bière (!). Au fond, la scène…

In the left there’s a stand where you can buy t-shirts and posters. To the right you can buy some Coca-Cola and some beer (!). And before us… The stage !

Surelevée, elle surprend par sa simplicité (je me souviens d’une immense « araignée de verre » au Stade Gerland de Lyon en Juin 87). Après avoir assuré ses places, chacun se détend, ou fait des « emplettes ».

The stage is standing above the audience and the scenery is quite simple, nothing to do with the enormous Spider which stroke me back in 1987 ! Everyone takes his place and relax. Some have a drink, others go buying Bowie stuff.

     19h30 : HAWKSLEY WORKMAN AND THE WOLVES entre en scène, ce dernier assurant la première partie. Le groupe est composé de 3 musiciens : le chanteur guitariste, vêtu d’une chemise rose fluo, lunettes roses, d’un t-shirt noir, un pantalon style survet’ blanc à motifs bleus. Il y a également un bassiste, et un synthé, souvent surnommé « Mr Lonely » (« Mr Solitaire »).

7:30pm : The three guys of HAWKSLEY WORKMAN AND THE WOLVES  enter the stage. They play the 1st part of the show tonight. The bass player is misnamed ‘Mr Lonely’ (Derrick Brady) by the talentuous singer (Ryan Corrigan).

Tout de suite le groupe se révèle surprenant : le chanteur, au charisme certain, alterne effets vocaux et effets de scène. Tout cela, plus sa façon d’évoluer sur scène, en rappelle parfois un autre …

What surprises us at once is that they’re really excellent and exciting on stage. Sometimes the singer makes us realize that his influences concerning his way to act on stage look like someone we know very very well…

Il ya une approche très théatrale et inventive, qui porte parfois à sourire ou même à rire ! Utilisant un long manche à balai surmonté d’une tête de poupée (!), Hawksley chante au travers d’un mégaphone ou utilise une bouteille de vin en guise d’instrument à percussions …

He looks very theatrical and sometimes really acts funny I dare say ! He sings holding a long stick which has a doll’s head (!) and sometimes uses a megaphone to sing or a bottle of wine as percussions… 

Pendant leur prestation, Gail Ann Dorsay, la bassiste de Bowie, se laisse entrevoir sur le côté gauche de la scène, prenant quelques photos et saluant le public par de grands sourires !

Suddenly the audience cheers loudly as Gail Ann Dorsay (Bowie’s bass player) takes some photographs at the left side of the stage. Smiling, she waves at us adding at the happy atmosphere which will never leave us all thru the evening.

Lorsqu’ils quittent la scène, vers 20h30, ils reçoivent un triomphe.

When they leave the stage at 8:30pm, everyome gives them a standing ovation.

     20h45 : le second groupe à assurer la première partie est N.E.R.D., un groupe de rap et de hip-hop, qui laissera le public très froid (malgré une prestation honnête).

8:45pm : Now the second group to enter the stage is N.E.R.D., a rap and hip-hop band who’ll never succeed in warming the crowd (though they were quite good). 

Se faisant huer et siffler, N.E.R.D. ne parviendra pas à enthousiasmer vraiment que pour … le dernier morceau !

The crowd boo at them, clearly showing their disapproval. It becomes clear now that everyone wants to hear Bowie now. Only the last song will bring some kind of enthusiasm, leaving the singer quite furious to have been treated like that !

Ils sont toujours sur scène quand une magnifique « hola » se met à faire le tour des Arènes, la foule hurlant d’une même voix « BOWIE ! BOWIE ! … » … Dur ! …

It gets harder and harder for them as they proceed for now the crowd starts doing an enormous and beautiful hola upstairs and yells as one « BOWIE ! BOWIE !… ».

     22h15 : Philippe Auliac (qui a de nombreuses fois photographié Bowie au long de sa carrière) nous annonce que le concert devrait durer deux heures, ayant vu le timing en début d’après-midi. Le concert démarre à l’heure prévue, c’est à dire 22h15, alors que la nuit a pratiquement fini de tomber.

10:15pm : A very well known photograph among Bowie fans who’s already captured Bowie on stage several times, Philippe Auliac, tells us the show should last two hours (he had a look at the show timing sooner in the afternoon. The lights dim exactly on time at 10:15pm as the night is almost there now. 

 Gerry Leonard (l’un des deux guitaristes), entre seul sur scène et égrène les premiers accords de « Sunday ». Puis, comme une vision irréelle, Bowie apparaît au milieu de la scène, silhouette furtive. Délicatement, il effleure le micro de sa main droite, et sa voix emplit doucement chaque recoin des arènes, sous les hurlements de la foule. 

Gerry Leonard (one of the two guitar players) enters alone the stage playing the first chords of ‘Sunday’, drawing loud cheers from the crowd. Then Bowie appears like in a dream, slowly as the audience is absolutely out of their mind now ! He delicately holds the microphone with his right hand, then his  voice starts to fill every small part of the arena.

                  NÎMES 14/7/02       

                  Photo : Moi

Très élégant, il porte un costume à la veste beige, une chainette à la pochette gauche, un pantalon noir, et ses cheveux flottent au vent (le Mistral est assez fort, mais nettoie le ciel de ses nuages …).

He’s very smart in his beige jacket and black trousers, a small chain hanging from his left pocket and an electric blue tie. A strong wind blows thru his hairs (the well-know so-called ’Mistral’ also cleans up the sky from the numerous clouds just above us, leaching the high parts of ‘Les Arènes’…).

             nimesauliac1.jpg

           bowie17blog.jpg

           Photos : Philippe Auliac

En avançant dans le morceau, les autres membres du groupe s’installent à leur poste.

As the song proceeds, the rest of the group enters the stage.

Le groupe est composé de :

 - Earl Slick : Guitare

 - Mike Garson :  Piano,Claviers

 - Sterling Campbell : Batterie

 - Mark Plati : Guitare

 - Gail Ann Dorsay : Basse

 - Gerry Leonard : Guitare

 - Catherine Russell : Synthés

Bowie est en pleine forme ; il salue chaudement le public nîmois et annonce une série de surprises pour la soirée. Pour le plus grand plaisir de tous, il enchaîne sur ses plus belles perles : « Life on Mars ? », que Mike Garson commence seul au piano, et qui se poursuit avec le reste du groupe, pour finir en apothéose.

Bowie is clearly in high spirits.

He warmly greets the audience from Nîmes and announces some surprises for the night. He then follows with two of his best ever songs, the magicals ’Life on Mars?’ and ‘Ashes to Ashes’.'Life on Mars?’ shows Mike Garson beginning the song alone on piano. Then, again, the band joins in and the song finally reaches an unforgettable peak and finally ends leaving the crowd breathless…  

         nimes3blog.jpg

                

                 Photos : Moi

Vient ensuite « Ashes To Ashes », excellent, chanté sur un ton plus bas que l’original, mais permettant à Bowie de monter les aigus comme à la plus belle époque (Lors des tournées précédentes, il s’obstinait sur le ton original, mais la voix ayant évolué, les aigus étaient repris par les choristes !).

‘Ashes to Ashes’ is really excellent with that strange cowboy  intro ! Now David can reach the higher notes of it, singing the song lower than on the original version. God, that sounds great, definitely better than the 1983 version !

                 nimesauliac2.jpg

                 Photo : Philippe Auliac

Assommée d’entrée, la foule est déjà en apesanteur. David poursuit avec « Cactus » écrit à l’origine par Frank Black, des Pixies. Il montre d’ores et déjà autant d’aisance dans les nouveaux morceaux que dans les anciens. Ces derniers sont souvent réarrangés au gré des tournées, et cela permet de les redécouvrir à chaque fois sous un nouveau jour …

The audience is already out out their minds and tries to calm down with a new song, ‘Cactus’ originally written by Frank Black from The Pixies. He’s showing very at ease with the new songs as much as on the older ones. It’s always with pleasure we listen to the ‘old’ songs in their new versions, giving them finally a new feel…

                    nimes7blog.jpg

        Photo : Moi

     Bowie a désormais tombé sa veste, découvrant un look très 1976, tel qu’il était vêtu pendant le « Station to Station Tour » avec chemise blanche et gilet noir ; il porte également un cravate dénouée bleu électrique

David has now thrown his jacket to a side of the stage and now strangely looks as a ‘Thin White Duke’ reborn (apart for the tie) ! 

           nimesauliac6.jpg

           Photo : Philippe Auliac

Suit ensuite « Slip Away », annoncé comme l’un de ses morceaux préférés de l’album. La première réelle surprise de la soirée est « Starman », à l’intro retravaillée (que je ne reconnais pas de prime abord, sic !). Oubliée des sets depuis 1990, cette version est époustouflante !

A l’inverse, « China Girl » est sans surprise, et peut décevoir par sa présence systématique dans chaque tournée. 

Then ‘Slip Away’ David announces as one of his prefered from ‘Heathen’. The first real surprise of the night is ’Starman’ with its reworked intro. David hasn’t played it since 1990 for the Sound+Vision Tour and that version is simply fantastic !  

But the following song ‘China Girl’ isn’t a surprise at all as it’s played exactly as the 1999 Tour version. Besides it has already been played again and again at every tour since 1983. I think another song from ‘Let’s Dance ‘ would have deserved to be played on tour such as ‘Ricochet’ for example… But hits are hits and David maybe thought he had to add it again in the setlist. 

         

           nimes6blog.jpg

     Photo : Moi

Viennent trois morceaux de  »Heathen » : « I Would Be Your Slave », « I’ve Been Waiting For You » (où Bowie mime un jeu de guitare), et « Afraid » qui fait monter l’intensité. 

Bowie then sings three songs from ‘Heathen’, ‘I Would be Your Slave’, ‘I’ve Been Waiting For You’ (he mimes a guitar player on it…)and ‘Afraid’ which brings again some energy back.

          

           nimes10blog.jpg

    Photo : Moi

Le groupe est impressionnant. Gail Ann Dorsey, en combinaison marron rayée et un tricorne sur la tête (!) fait des merveilles et la complicité qu’elle partage avec Bowie est évidente à chaque instant du concert.

This band is really impressive. Gail Ann Dorsay does a great job as always and her complicity with Bowie is evident all thru the show.

L’hymne « Bowien » par excellence, « Changes » ! Dès l’intro, une clameur s’élève arrachant un petit sourire à Bowie sûr de son effet. Le titre se termine au synthé, doucement, mais les hurlements sont tels qu’il en est visiblement impressionné (cela lui arrivera souvent, applaudissant à son tour la ferveur de la foule).

‘Changes’ can surely be considered as the Bowie hymn so as the intro begins David must laugh as he can hear the loud audience cheers. The song ends slowly with Mike Garson playing the outtro at the synthesizers but Bowie is so impressed by the yellings of the crowd that he stars to applaude thanking everyone in return.

Seconde surprise de la soirée, « Be My Wife » (qui n’a pas été interpreté depuis 1990, pour le « Sound And Vision Tour »…). La batterie et la basse éxplosent et font tressaillir toute la structure pourtant millénaire des Arènes : la foule est « scotchée », c’est le mot…  

Second surprise of the night, ‘Be My Wife’ where the drums and bass guitar play a major role.  

               nimes11blog.jpg

      Photo : Moi

Comme d’habitude, David a parfois du mal à bien se souvenir des dates. Eemple, pour « Stay », est-ce un titre de 1975 ou 1976 ?

During ‘Stay’, David shows he’s still not the king for dates as he doesn’t know if this song is maybe from 1975 or 1976…

He finally simply replies « never mind » !

Earl Slick is really at ease with this song as youn can imagine, having played in the original version its famous intro and solos.

« Never mind », répond-t-il finalement (« peu importe ») ! Earl Slick se sent comme un poisson dans l’eau, puisqu’il jouait sur ce titre dans la version originale (en 1975, donc, bien que l’album soit sorti, lui, en 1976…           

             nimes14.jpg

             Photo : Moi

                     bowienimes4.jpg

                     Photo : ?

le titre introduit ensuite par « Is it any wonder » ne peut être que « Fame » : Earl Slick, toujours en terrain connu se régale… A l’instant précis où Bowie clos le titre en criant « What’s your name ? », des milliers de doigts se pointent vers lui.

‘Is it any wonder ?’ announces ‘Fame’, of course, and Earl Slick shows again his talents visibly enjoying himself a lot. As the song is about to end Bowie shouts ‘What’s your name ?’ and immediately points his finger to the crowd. In return everyone points his finger too in his direction.   

Autre morceau tiré de « Low », « Breaking Glass »: très apprécié, cette version est un peu rallongée, la version originale ne faisant que… 1’42 !

‘Breaking Glass’ is a great song from ‘Low’ but in its original version it only lasts 1’42. So David modified it, repeating twice the verses to finally have this longer version.

Chacun reconnaît l’introduction de « I’m Afraid of Americans », dans sa version remixée par Nine Inch Nails : un monstre en puissance ! Bowie y improvise une séquence de mime : il fait mine de s’ouvrir une plaie imaginaire sur la poitrine, d’en sortir son coeur battant pour ensuite le jeter dans la foule !

Everyone recognizes the ‘I’m Afraid Of Americans’ intro. It’s played here once again in its Nine Inch Nails version : a powerful one I must say ! He’s doing some mime in it, as if he wanted to extract his heart to throw it to the crowd !

On reprend un peu son souffle avec « 5:15, The Angels Have Gone » : le calme précède généralement la tempête, celle déclenchée par « Heroes ». Commençant par la basse de Gail Ann Dorsay, la guitare d’ Earl Slick la rejoint sur le second couplet. Tout le monde est debout sur les gradins pour frapper des mains à l’invitation de Bowie, visiblement toujours très touché par ce titre toujours d’actualité et qui n’a pas pris une ride. Celui-ci se termine dans la folie générale.

We can breathe once again with ’5:15, The Angels Have Gone’ but after calm comes the storm with ‘Heroes’.

The song starts slowly with drums and bass first. Then the band joins in : very good ! Now everyone stand up to clap in their hands and Bowie happily encourages them to do so of course : he’s visibly moved by the song and the warmth of the audience, and the song logically ends in absolute craziness !

             nimes12blog.jpg

             nimes13.jpg

             Photos : Moi

Suit « Heathen », choix judicieux pour terminer le concert, alors que Bowie quitte doucement la scène avec Gail Ann Dorsay sur les derniers accords du titre. De « Sunday » à « Heathen », la première boucle de ce show extraordinaire est bouclée.

‘Heathen’ is the ideal kind of song that makes you immediately understand it’s the last song before the ‘Encores’!

 The way Bowie leaves the stage, turning his back to the audience as the lights dim certainly add to that feeling…

Les 12 000 personnes présentent hurlent à tout rompre : sur les gradins tout le monde frappe des pieds en rythme, sollicitant le retour sur scène de Bowie.

As the song ends 12.000 persons shout at he same time and stomp their feet on the floor : THEY WANT BOWIE AGAIN !!!

Au même instant, un magnifique feu d’artifice est tiré à l’extérieur des arènes (certains au sommet verront tout), faisant ressortir leur architecture en  ombres chinoises… Magnifique spectacle !

We are July 14, and everyone may know that in France it’s a special day (it commemorates the French Revolution http://en.wikipedia.org/wiki/Bastille_Day) that always ends with fireworks !

That’s the third surprise of the night of course, with some beautiful coloured lights thru ‘Les Arènes’s windows, splendid !

            rre.jpg

            Photo : ?

 A l’instant même où celui-ci se termine, le groupe puis Bowie réapparaissent. Ce dernier, impressionné par le spectacle des feux (« What a beautiful night ! »), en a profité pour se changer : il a troqué son look pseudo 76 contre une tenue pseudo « Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée », avec un T-shirt noir et un blouson rouge vif.

Then Bowie and the band are back on stage. David, impressed by the fireworks in this beautiful place claims « What a beautiful night ! ». Indeed ! Now he wears a red jacket very reminiscent of ‘Christiane F.’ the movie in which he shortly appeared in 1981…

                              image50.jpg

            Photo : ?

A la surprise générale, il enchaîne sur… « A New Career in a New Town » ! Sur cet instrumental, dont la version originale vient de l’album « Low », il joue de l’harmonica (après avoir déjà ressorti plus tôt le stylophone de « Space Oddity » sur « 5:15,The Angels Have Gone »).

Surprisingly enough he goes on playing ‘A New Career In A New Town’, that great instrumental piece from the album ‘Low’ in which he plays some harmonica. The rendition is really great, one of my most favorite of that night I must say.

     14juil.2.jpg

     Photo : ?

Le résultat est sidérant, incroyable : on se rend compte que le titre n’a pas pris une ride !

En second rappel, David annonce « Everyone Says Hi » mais le groupe enchaîne, lui, sur « Fashion » !!!

Then David announces ‘Everyone Says Hi’ but the band goes on with… ‘Fashion’ !!!   

           bowienimes7.jpg

                bowienimes5.jpg

                Photos : ?

Tout le monde frappe des mains en reconnaissant le morceau et certains se mettent même à danser. Vient ensuite « Everyone Says Hi » pour de bon, qui semble mécontenter certaines personnes devant moi. D’ailleurs, plusieurs réactions de la part d’éléments isolés auront de quoi laisser perplexe sur la raison de leur présence ici…

Everyone claps hands recognizing the song and some even start dancing there and then… Then it’s really time for… ‘Everyone Says Hi’ !

That song some visibly find quite boring is one of my favorites from the last album… Well, a real great song I love Bowie singing (it has that ‘Hunky Dory’ feel i think…). Some even find the whole show boring but that’s another story i don’t wish to tell here !

nimes15.jpg

Photo : Moi

Troisième rappel, « Hallo Spaceboy » fait monter l’adrénaline : seul rescapé de l’album « Outside » dans la set-list, Sterling Campbell y déclenche les habituelles secousses sismiques de sa batterie mais la guitare de Reeves Gabrels manque ici terriblement, malgré les efforts d’Earl Slick !

The third encore is ‘Hallo Spaceboy’, a deceiving version I immediately think, for who can do Reeves Gabrels’s job in this song ? Though Earl Slick does his best to keep the original version’s feeling his guitar sounds really too smooth here…

Il est étrange de constater combien les trois derniers albums ont été délaissés dans la set-list, avec quand même la palme de l’oubli pour « Hours », dont aucun titre n’est joué…

Strangely enough, Bowie almost forgot the three albums from the Reeves Gabrels era in the setlist : he didn’t play a single song from ‘Hours’ for example ! 

Quatrième rappel déjà : un titre commence doucement, dans une version similaire de celle jouée circa 2000, très vite reconnu, dès les premières paroles : « Let’s Dance » n’explose vraiment qu’après le premier couplet, la guitare faisant écho à travers les arènes. Splendide… !

We’ve got a fourth encore !!! Then comes ‘Let’s Dance’ with its 2000 version : the song starts slowly with beautiful chords of accoustic guitar, then explodes just as a ’girl trembles like a flower’ if you see what I mean… The song echoes thru the ‘Arènes’ making it a splendid moment !

            nimes17.jpg

                          14juil.1.jpg

          Photo : Moi, Seconde Photo : ?

Pour la vrai fin du show, il fallait un morceau d’entologie, « Ziggy Stardust ». Bowie ne s’accompagne pas cette fois d’une guitare mais empoigne le micro avec passion. Excellent choix que de terminer deux heures de magie par une pluie de poussière d’étoiles…

The last encore, the end of the concert is ‘Ziggy Stardust’. bowie doesn’t play guitar for this song but sings with real passion the story of that spaceman who once played it… An excellent choice to end the show after two hours (Philippe was right) in a stardust rain…

            nimes18.jpg

            Photo : Christian 2002

Les Arènes après le concert… : After the show :

  nimes19.jpg

 Photo : Moi/Me

         nimes21.jpg

   

              nimes20.jpg

«  A memorable night » says it all !

          nimes22.jpg

 

 

                                                                                                                 Christian 2002 

                                                                       

Laisser un commentaire

 

Choeur Marial Emmanuelle |
louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | notesdejazz
| L'instant Critik
| lyd music