LYON 11/2/96

LYON, Halle Tony Garnier, Dimanche 11

Février 1996

Photos : Vidéo Concert Metz 16 Février 1996

                                           img022.jpg

Setlist : 

The Motel/Look Back In Anger/The Hearts Filthy Lesson/Scary Monsters/I Have Not Been To Oxford Town/ Outside/Andy Warhol/The Voyeur Of Utter Destruction(As Beauty)/The Man Who Sold The World/Strangers When We Meet/ Diamond Dogs/Hallo Spaceboy/Breaking Glass/We Prick You/Nite Flights/Teenage Wildlife/Under Pressure/Rappels : White Light White Heat/Moonage Daydream

15h00 – Arrivée à la Halle Tony Garnier très facile. Environ 50 personnes s’y trouvent déjà…

            Les sujets de conversation ?  Bowie, bien sûr, avec plus ou moins d’inepties sur son compte…  On apprend que la première partie avec Morrissey est remplacée par Placebo, un groupe qui m’est totalement obscur .

3.00 pm – Arriving at the halle Tony Garnier. Some 50 persons  already waiting… Everyone talks about Bowie of course, telling sometimes nonsenses about his career… Some say that the Morrissey part is now replaced by Placebo, a group totally unknown to me at that time.

16h30  - Ouverture des portes –  Rush vers le premier filtrage…

                 Au deuxième filtrage, c’est la fouille. Puis on se précipite vers les quatre files d’attente devant l’entrée de la salle. Drôle d’ambiance : il n’y a aucune  affiche de la tournée mentionnant le passage de Bowie, juste un gros m6.jpg annonçant le parrainage de la chaîne TV…

4.30 pm – Opening of the doors – Rush to the first filtering… At the second one, the security detail us, looking for some cameras or others… Second rush to a second file where we wait again… You’ve got to be patient…

Quite a strange feeling, as if nothing really was about to take place, for there’s not a single bill announcing the event : only a big M6, representing a french tv channel which supports the act.

L’entrée se fait par petits groupes, après vérification des billets, puis c’est le troisième rush, ou plutôt une ruée (!), pour se procurer les meilleures places, devant …

A gauche, les stands vendent T.shirts, programmes de la tournée, et boissons.

We entry the hall by small groups after having our tickets verified, and it’s the last rush to the front of the stage. At the left of the hall, they sell programs, t-shirts and drinking…

Christophe (un cousin) et moi nous plaçons sur le devant de la scène où nous nous asseyons pour l’attente, alors que la salle se remplit lentement…

Le public, très hétéroclite, se compose de fans confirmés ou de novices ne connaissant Bowie que très superficielement.

La scène est surplombée pour l’instant d’un grand panneau  sur lesquels est inscrit «  OUVREZ LE CHIEN … Tout le monde s’interroge sur sa signification !

Christophe (a cousin) and I choose a place at the very front of the stage, slightly at the right side, where we finally sit while the hall fills up slowly…

The crowd is very heterogeneous : you can see some true fans, the ones you meet at every show… Just beside there’ll be a person who’ll just know Bowie only by name !

At the top of the stage, you can read « OUVREZ LE CHIEN « , in French. Quite strange quote for those who don’t know Bowie’s career… Some sure wonder about its signification !

Seuls ceux qui connaissent l’oeuvre de Bowie savent que la première, en français, fait partie des paroles de  » All The Madmen », morceau de l’album « The Man Who Sold The World »(1970), et que la seconde n’est que sa traduction… En anglais !

A gauche de la scène est suspendu un énorme mannequin blanc  »rembouré », recroquevillé sur lui-même et complètement harnaché, sensé représenter l’aliénation, sujet omniprésent chez Bowie.

Everyone interested in Bowie’s career knows where it comes from : It’s obviously part of the « All The Madmen » lyrics (track from « The Man Who Sold The World » album released in 1970).

At the left side of the stage and at the top of it, is hanged an big white manikin tied and rigged out, another mistery in the crowd’s mind. One may think he may represent alienation, one of Bowie’s favorite subject of interest during his carreer.

Pour l’instant, un rideau partage la scène en deux et masque son fond.

For the moment a big curtain hides the back of the stage.

18 H 30 – Les lumières s’éteignent après la diffusion d’un écran de fumée…

Le groupe Placebo entre en scène, se présentant comme étant un groupe de Londres.

Leur musique  »arrache » fortement!  Le chanteur s’exprime en un français impeccable : maquillé, et ayant les cheveux tombant sur ses épaules, il a une voix un peu vibrante, sur une musique rapide, énergique et bruyante. Il est accompagné d’un batteur et d’un guitariste, nettement moins charismatiques que leur porte-voix !

6.30 pm – the lights dim after the diffusion of a smoke curtain… Placebo enters the stage, telling they’re a group from London.Their music is played with great vigour ! The singer, using extensive make-up on his face, expresses himself in perfect french : he’s got quite a vibrant voice, singing over an energic and noisy music, making sometimes difficult to understand the lyrics of the songs !

The two other members of the group are a guitar player and a bassist, with less grace and charisma than their singer !

Ils vont jouer, je le saurai plus tard, de larges extraits de leur album « Teenage Angst »…

They play the major part of their album, « Teenage Angst »…

Pendant la prestation, quelqu’un dans la salle appelle  » MORRISSEY !  », ce à quoi le chanteur (Brian Molko) répond « Non, ce n’est pas Morrissey, désolé… » !!!

During their set, someone in the crowd calls « Morrissey !!! », and the singer, Brian Molko replies in french « No, sorry, it’s not Morrissey !!! »

19h00 – Fin de la prestation de Placebo.

La scène est débarrassée de leurs instruments, alors que le staff de Bowie, reconnaissable au macaron « db » sur leur badge, commence à installer le matériel. De la moquette est déroulée parterre…

Pendant ce temps, parmi la musique que diffuse les hauts parleurs, on peut reconnaître des extraits de l’album de Reeves Gabrels (guitariste de Bowie, son album, « The Sacred Squall Of Now »), en outre une nouvelle version de   » You’ve been Around  » chantée par Bowie (dont la première version figurait sur  » Black Tie White Noise  » (1993)), version de qualité bien supérieure.

7.00 pm – End of Placebo part. All their stuff is removed, and soon the Bowie staff begins to arrive on the stage, recognizable with a « db » badge around their neck. We can hear some extracts of Reeves Gabrels ‘s (Bowie’s guitarist on the tour…) new album, « The Sacred Squall Of Now ». It contains a new version of « You’ve Been Around » sung by Bowie (the original version is in the « Black Tie White Noise » album released in 1993). In my opinion, the new version is much better.

Puis suit un extrait de l’album  » Low Symphony  » de Philip Glass,  (contenant des reprises de  » Low  » de Bowie, mais version instrumentale et symphonique), « Some Are ».

19h30 – Les lumières s’éteignent pour la deuxième fois.

An extract from Philip Glass’s « Low Symphony » follows, as the intro to the show,  »Some Are » (I love this track, a very calm one and outtake from the « Low » sessions in 1977). That album contains Bowie’s instrumentals taken from the album « Low » (1977), but  reworked  as a symphony…

7.30 pm – The lights dim for the second time.

Etant sur le devant de la scène, je distingue les musiciens qui font leur entrée sous un écran de fumée, ainsi que Bowie qui lui surgit par un escalier sur le côté droit de la scène (d’où il trébuche), un verre à la main dans une tenue bleue, T.shirt, pantalon et veste nouée autour de la taille (sorte de survêtement ?)…

As I said before, I’m in the very front of the stage, so I can clearly see Bowie’s group coming up , even Bowie himself, climbing  the stairs drinking something at the right side, in the dark. Bowie’s dressed up with a sort of blue painter dress…

Puis, le rideau qui se tenait au milieu de la scène s’ouvre, laissant apparaître le reste des musiciens et l inscription, traduction d’ « OUVREZ LE CHIEN » :  » OPEN THE DOG  « .

La scène s’illumine et les premiers accords du piano de Mike Garson pour  » The Motel  »  font déjà jouer leur magie sur le public lyonnais… Quel beau choix pour commencer ce show !

Puis c’est au tour de la voix de Bowie de se faire entendre sous les exclamations de la foule, bien que celui-ci soit encore invisible.

Puis il apparaît à l’arrière de la scène, en imperméable gris-noir, s’avançant lentement vers le devant de la scène et s’arrêtant à s’asseoir sur une vieille table en bois, souriant à l’adresse du public …

Then the big curtain which hide the rest of the stage opens completely, letting us discover the entire place with everyone on post. A second big sign is hanged on the left side on the top of the stage: »OPEN THE DOG » is written on, english traduction of « OUVREZ LE CHIEN ».

Gail Ann Dorsay (Bass Guitar) is just above me, and some lights begin to illuminate the stage. Mike Garson opens the night with the piano intro to « The Motel »: yes, the magic is here yet, no doubt … What a beautiful song and a great intro …

 Then just as Bowie starts singing the first verses, the crowd starts yelling and screaming en masse, David still remaining invisible. He suddenly appears, standing up, leaving his hidden place behind the right side of the stage, and coming forward slowly, in motion, dressed in a black mantle and barefoot (!), then sitting on a corner of a table, smiling to the crowd. The aura of the star is really palpable and everyone is at his feet !

dvdvr22.jpg

dvdvr24.jpg

Le répertoire est composé en majorité de titres du nouvel album («  The Motel  »,  » Outside  »,  » The Heart’s Filthy Lesson  »,  » We Prick You  »,  » I Have Not Been To Oxford Town  »,  » Hallo Spaceboy  »,  » The Voyeur Of Utter Destruction  »,  » Strangers When We Meet  »).

The set is made of a great part of the last album, « OUTSIDE ».

Les autres , dits anciens, sont : « Look Back In Anger », « Diamond Dogs » (superbe version musclée), « Andy Warhol » (en version méconnaissable), « The Man Who Sold The World », « Teenage Wildlife », « Breaking Glass », « Nite Flights », « Under Pressure », « Scary Monsters » et l’incroyable « Moonage Daydream » qui clot le concert. 

But it contains some older ones, and some are big surprises as « Diamond Dogs », that he didn’t play since 1976.

Pendant « The Hearts Filthy Lesson », Bowie laisse tomber son imperméable et découvre sa tenue bleu-survêtement. Il est pieds nus (cf : la moquette sur le sol…!).

During « The Hearts Filthy Lesson », Bowie takes off his mantle, and shows his blue painter-like dress.

dvdvr48.jpg

Pour  » Andy Warhol  », Bowie prend des pauses du célèbre peintre, dans une choregraphie de sautillements désarticulés, à la limite du comique !!!

During « Andy Warhol » Bowie makes some mime, taking funny poses under a big screen of neons, then dancing frantically, that’s the word ! Funny choreography …

dvdvr76.jpg

Alors qu’il place ses mains, paumes relevées, en écran sous son menton, les yeux écarquillés et la bouche grimaçante, cinq plaques de néons articulés au-dessus de lui  descendent en changeant d’inclinaison, dont une juste au-dessus de Bowie.

Pour  » Scary Monsters  », des éclairages verts sont utilisés (comme lors des tournées précédentes), éclairant des mannequins suspendus et mutilés vers le fond de la scène… Pas très gai tout ça, mais c’est du second degré …

He places his hands under his chin making some funny faces while the neons change inclination and flash at times. For « Scary Monsters », the usual green spotlights are used allowing us to see that several statue- like manikins are strewed on the stage (as on the « Hearts Filthy Lesson » video).The difference between this tour and the past Bowie tours is evident with such a bare scenery as this… Just Bowie and the band, waou !!! Let’s rock, now…

dvdvr54.jpg  dvdvr60.jpg

Pour  » Outside  », le gros mannequin harnaché pivote et descend lentement, sous le regard très grave de Bowie dans le coin droit de la scène, accroupi.

During « Outside » Bowie sings from the right side, kneeling down. The big huge manikin at the left slowly rotates while David looks at it in a very serious way. 

Au milieu de  » Breaking Glass  », quelqu’un lance un bouquet de fleurs sur scène (des gerberas rouges et jaunes).

Bowie s’approche, en prend une rouge, fait mine d’enfoncer la tige sous son menton, puis arrache la fleur et se l’applique sur la gorge, le visage comme déformé par la douleur, les pétales rouges de la fleur tombant les unes après les autres, comme autant de gouttes de sang…

Halfway « Breaking Glass », someone from the audience throw a bouquet of red gerberas on the stage. Bowie takes one of the flower, puts it under his chin, and starts tearing off the petals as if they were some blood drops, making in the same time painful faces…

dvdvr79.jpg

Bowie bouge d’un côté à l’autre de la scène, alternant sourires et signes de la main, demandant et obtenant ce qu’il veut de la part du public qui, lui, est hystérique.

Bowie is in full form, using the whole stage, jumping and smiling very often, waving to the audience. He gets exactly what he wants from the crowd, and everyone in the hall is hysterical ! 

dvdvr84.jpg

dvdvr66.jpg

Cette première date française est un succès, le public est tout entier voué à Bowie, qui sait quoi faire pour obtenir ce qu’il veut, n’hésitant pas à réutiliser quelques gestes bien connus de ses époques passées : au milieu de  » Moonage Daydream  », il prend une posture à la Ziggy Stardust . Pareil pour  » Nite Flights  », où il reprend le mime du vol bien connue des concerts Ziggy…

This first french date is surely a success, and Bowie is very relax and self-assured with the power of his show. The band is also a powerful one, surely one of the best he ever had.

David uses everything to captive the attention, sometimes using his most famous postures of the Ziggy era, as for « Moonage Daydream » (God, what a version that one !!!) of course, or « Nite Flights » (remember the flying mime section of « Width Of A Circle » from the Ziggy Stardust movie…?).

dvdvr88.jpg

dvdvr98.jpg

Christian – Grenoble 1996

Laisser un commentaire

 

Choeur Marial Emmanuelle |
louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | notesdejazz
| L'instant Critik
| lyd music